EcoBaf, des bactéries pour restaurer les sols et promouvoir un développement durable des écosystèmes agricoles

Pascal et Ronaldo, tous deux micro-biologistes de formation ont développé SYMBIO, un concentré de bactéries pour redynamiser la biodiversité des sols et offrir une alternative durable aux pesticides.

Biodiversité du sol = micro-organismes capables de rendre assimilables par les plantes les nutriments naturellement présents.
Séquence 01.00_00_00_00.Image fixe001

Contexte :

Le système de production intensive mondial conduit à utiliser massivement les pesticides (lutte contre les mauvaises herbes, les insectes …) et les engrais (source de nutriments pour les plantes qui favorise la croissance et la protège des maladies). Toutefois, pesticides et engrais contiennent des produits chimiques (phosphates, nitrates …) qui conduisent à appauvrir les sols en micro-organismes, contaminer les eaux et empoisonner la faune. Un cercle vicieux qui conduit à appauvrir les sols et donc utiliser de plus en plus de pesticides pour maintenir des rendements suffisants.

Le secteur agricole péruvien n’échappe pas à ce triste résultat et c’est partant de ce constat que Pascal, Ronaldo et Vasco ont commencé à réfléchir à des solutions durables pour redynamiser la biodiversité naturelle des sols. La biodiversité d’un sol est synonyme de richesse et de résilience des cultures. L’idée est de permettre aux agriculteurs de produire des produits sains, de qualité en profitant de rendements presque similaire à l’agriculture traditionnelle.

Le produit « Symbio » :

Un set de 4 produits composé de bactéries variées. Chaque produit à une impact positive sur une partie de l’écosystème. L’application successive de ces 4 produits permet une croissance du nombre de micro-organismes présents dans le sols et peu à peu une restauration complète des sols. Les agriculteurs bénéficient également d’un accompagnement d’EcoBaf pour les former aux techniques d’agro-écologie, d’association de culture …

Leur Logique :

A l’opposé des stratégies classiques visant à accroître la dépendance du consommateur, Ecobaf propose un produit visant à rendre indépendant ses clients agriculteurs. Un cercle vertueux où l’utilisation du produit diminue avec le temps et en parallèle des rendements qui augmentent.

Une super initiative encore en phase de test, à qui l’on souhaite le meilleur pour la suite.

 

 

 

L’écosystème gagnant de Vasco Macias : des poules, de la spiruline et des bactéries.

C’est à quelques kilomètres de Lima que nous avons rencontré le super entrepreneur Vasco Masias. Ce chef d’entreprise engagé nous révèle les secrets de son groupe La Caleta.

Séquence 01.00_00_20_14.Image fixe004

Parmi les maillons de la chaîne, Ovosur qui produit chaque jour 3 millions d’œufs soit 1/3 de la consommation péruvienne. L’idée de Vasco est de créer un cycle autour de ses petites poules. Pour cela, il a décidé de valoriser leurs déchets en les utilisant pour fertiliser les plans fruits et légumes qu’il fait maintenant pousser. Parallèlement, il développe avec Pascal le projet Ecobaf : un fertilisant naturel réalisé à partir de bactéries complémentaires et destiné à restaurer et revitaliser les terres devenues stériles.

Il a par ailleurs lancé des recherches sur le moringa, les champignons et les algues pour nourrir ses poulets de manière durable et responsable. Dans le monde chaque année 350 millions de tonnes d’aliments sont destinés à la consommation animales. Si ils sont en majorité composé de soja, on compte tout de même 15 millions de tonnes qui proviennent de la farine de poisson. C’est un fléau qui vide nos océans et touche particulièrement le Pérou, un des plus gros pêcheurs d’anchois du monde. Petite anecdote ici la consommation humaine de l’anchois est interdite au profit de la consommation animale.

Il considère son entreprise comme un écosystème où chaque entité travail en harmonie avec les autres. Chaque output ou déchet d’une entité est en principe réutilisé et valorisé par la suivante créant ainsi un cercle vertueux. En pleine phase de test, il compte bien faire bouger le milieu de l’alimentation animale et ainsi boucler le cycle pour une entreprise durable.

 

 

Food Box

Rencontre avec Michael et Aurélien, deux anciens colocataires qui ont décidé de se lancer dans l’entrepreneuriat ici à Lima.

Leur constat : 

– Les jeunes péruviens perdent l’habitude de cuisiner eux même leur repas

– Le gâchis alimentaire est très présent au Perou

– On retrouve un indice d’obésité fort et de nombreuses personnes souffrant de carences en nutriments

Leur concept : livrer chez des particuliers des kits de recettes avec des ingrédients pré-dosés pour cuisiner chez soi des plats à la foi bons et sains.

Un double impact positif :

1- Des kits justement dosés permettent de limiter voir d’éviter tout gaspillage. 

2- Un circuit court entre producteurs et consommateurs et des recettes de saison permettent de proposer des produits tout à fait compétitifs avec la grande distribution locale.

Reciclando aceite, 

Miuki est une jeune péruvienne qui a développé un concept plutôt fascinant : utiliser l’huile de cuisine usagée pour en faire du savon biodegrable.

En Amérique du Sud, une grande partie des aliments étant fris dû à l’absence de fours, l’huile de cuisine est très utilisée. Quand on sait qu’un litre d’huile peut potentiellement contaminer 1000 litres d’eau on peut commencer à se poser de réelles questions de recyclage. 

Comme nous l’explique Miuki, ils existent des solutions pour les restaurants, les industriels pour convertir l’huile usagée en bio-carburant. En argentine, certaines entreprises ou organisation comme ALPI sont même spécialisées dans la récupération de ce déchet. Mais rien n’existe pour l’huile usagée ménagère.


C’est partant de ce constat que reciclando aceite est née. L’huile est collectée chez les particuliers et transformée en savon en suivant une recette très simple.


Un savon naturel et biodégradable à hauteur de 93%, de quoi rendre certains restaurants ou hôtels autosuffisants … tout à fait possible !!

Pourquoi pas aller plus loin en récupérant les déchets organiques comme les peaux d’agrumes ou autres fruits pour en faire des huiles essentielles (ingrédient le plus cher) à intégrer dans la recette du savon ?

Un grand merci à Miuki pour le temps qu’elle nous a accordé pour nous expliquer son projet.

Boixos Nois, un Food lab Péruvien !

À Lima, nous avons rencontré José Antonio Zaragoza qui a créée il y a quelques années un laboratoire dont l’objectif est de développer toute idées de produits Food qu’un restaurant, usine voir même particulier pourraient avoir.

Il attache une importance particulière à la valorisation des produits non utilisés par l’industrie alimentaire (non conformes) voir même des déchets pour en faire de nouveaux produits à commercialiser. 

Il utilise par exemple les fruits et légumes moches des usines avoisinantes a Lima pour en faire des compotes ou des jus. De même, il réutilise les épluchures de légumes afin d’en faire des infusions commercialisables. 

Une pratique qui permet ainsi aux professionnels de réutiliser leurs invendus, de réduire leurs déchets et de percevoir certains revenus complémentaires. 

Avec un brin de folie ils n’hésite pas à nous parler de ces prochains projets : valorisation des coquilles d’œuf pour en faire un condensé de Calcium ou son projet de lait de quinoa … affaire à suivre !