K’Ho Coffee


À Dalat, au Sud du Vietnam, nous avons passé un week end en immersion avec Rolan, une femme de caractère d’une trentaine d’année qui appartient à l’ethnie K’Ho.

Initialement partis pour une simple visite de la ferme K’HO,  nous avons sympathisé avec Rolan et passé la journée au milieu des plants de café à récolter les grains. Le soir, nous avons même eu l’honneur d’être invité à dîner avec toute la famille avant d’enchainer sur l’incontournable session karaoké !

Une amitié vite nouée nous a permis d’en apprendre (beaucoup) plus sur la gérante de la K’ho Farm. Rolan, ce petit bout de femme est à la tête d’une coopérative de 50 producteurs de café. Elle centralise les l’ensemble des productions afin d’obtenir des prix justes face aux acheteurs du marché.


Mais Rolan ne s’arrête pas là, elle souhaite convertir l’ensemble des cafeiculteurs de sa communauté aux techniques de production durables.

Pour cela, elle propose aux producteurs K’Ho des emprunts à taux 0 afin de faciliter leur transition d’une production conventionnelle à une production Bio.

Une super rencontre qui nous a fais découvrir une femme formidable, pleine d’ernegie et de convictions. On s’en souviendra de notre passage à Da Lat city.


Récolte de Café improvisée

Champs de café sur les hauteurs de Dalat

Hum … les routes pour accéder (en moto) aux plantations de café

Organik Farm, l’agroécologie à l’honneur

Créée il y a presque 10 ans, Organik farm a été l’une des premières à produire des fruits et légumes BIO au Vietnam. Les produits chimiques sont bien évidemment prohibés mais la ferme va plus loin que la simple culture « traditionnelle » BIO.

Les espaces tout comme la gestion de l’eau sont réfléchis et les espèces végétales sont disposées en fonction de leur complémentarité. Ail – Piment – Gingembre – Basilic, voici la recette miracle de la ferme qui sert de répulsif contres les insectes ou autres nuisibles.

Les haies naturelles sont vitales ! Disposées tout autour de la ferme, elles ont une triple fonction :

  • Développer la biodiversité locale (oiseaux, abeilles …)
  • Servir de barrières pour protéger Organik Farm des fermes avoisinantes non-BIO
  • Limiter l’érosion des sols

Enfin, le compost tient une place primordial. Tout déchet d’origine végétale ou animale (déchets ménagers, excréments, verdure, paille) est transformé par des vers de terre pour être ensuite réutilisé comme engrais naturel ultra fertile.

La Organik Farm se présente ainsi comme une ferme agroécologique ayant recours à des pratiques simples et naturelles pour éviter toute utilisation de produits chimiques.

Le grand défi de la ferme réside dans sa capacité à éduquer/former les fermiers avoisinants aux techniques de production durables. Défi d’autant important qu’elle ne peut compter sur aucune aides de l’Etat pour assurer la phase de transition d’un système conventionnelle à une production BIO.